Une ère de changement

Ce n’est plus un secret pour personne, les coûts d’opération au niveau des équipes de course ont considérablement augmentés au cours des 10 dernières années. Terminé le temps ou les équipes de course s’autofinançaient au travers des soirées bénéfices et des épluchettes de blé d’inde dans les brasseries de régions. Le sport s’est raffiné en se donnant des moyens plus facile et plus efficace mais aussi, plus coûteux. C’est maintenant une réalité, on ne répare plus rien, on change pour du neuf! Fini le temps des artisans, place maintenant aux dépositaires…

L’impact financier est donc majeur et une injection de nouveaux dollars est grandement requise au sein même du sport que l’on chérit tant. J’ai un énorme respect pour les PME qui supportent, financent et tiennent à bout de bras les équipes de course sur terre battue au nom de la passion mais à court terme, ce sera insuffisant! Désormais, le sport a besoin de commanditaires d’importance et il est grandement temps de se donner les moyens pour les séduire et en bénéficier à notre tour. Le stock-car sur terre battue est devenu très professionnel avec une qualité de pilotes remarquables. Les voitures ainsi que les remorques sont magnifiques avec des couleurs vives et des lettrages dignes des écuries NASCAR. Les combinaisons de pilotes sont belles et bien brodées pour maximiser le visuel et la présentation. Même les coffres d’outils sont propres et lettrés à l’effigie de l’équipe propriétaire. Quelle classe me direz-vous avec raison! Notre sport transpire la fierté, l’innovation et l’orgueil de bien faire…et on opère le tout avec des budgets du tiers monde!

Comment expliquer le fait que des entreprises Québécoise de premier plan nous font la sourde oreille? Pourquoi RÉNO-DÉPÔT, JEAN COUTU,BOMBARDIER, etc…ne considère pas le sport automobile sur terre battue comme effet de levier promotionnel? Des pilotes tel que Maxime Michon, Éric Landry et plusieurs autres bénéficieraient grandement d’un support financier plus adéquat. Ce sont des talents qui ne peuvent éclore dû à des budgets nettement insuffisants. La réalité est de plus en plus évidente; le fossé entre les équipes fortunées et celle moins bien nanties s’élargit un peu plus chaque année. À court terme, plusieurs petites équipes ne pourront survivre à moins d’accepter le fait de ne pouvoir être compétitif. De là, l’importance de se donner une meilleur image et de se renouveler.

Quand Michael Parent se présente dans les puits avec son équipement fraîchement lavé, quand Josiane Plante se présente bien mise, quand David Hébert souligne que sa voiture est celle de PAILLÉ CHEVROLET, quand Steve Bernard enfile son chapeau de cowboy après une victoire, quand Jacqueline Pinard s’installe à la billetterie depuis 21 ans, etc…ILS FONT TOUS LA PROMOTION DE LEUR SPORT!!!

Le stock car sur terre battue est à un tournant de son existence et il faut se donner les moyens collectivement de passer à un niveau supérieur. Il faut se donner les leviers nécessaires pour attirer de nouveaux financiers. Notre produit est de qualité, nos pilotes sont talentueux, nos sites sont magnifiques et surtout…surtout…LES ‘’FANS’’ LE MÉRITENT !!!

À votre avis, de quelle façon le stock car sur terre battue, pourrait améliorer son image pour attirer des partenaires de premier plan ?

Joel Brulé, relationniste

Leave a comment